Aérojournal

Aérojournal : Histoire de la guerre aérienne

AJ HS 28 : Heinkel HE 111

Aérojournal hors-série n°28 : Heinkel HE 111

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °28

Heinkel HE 111

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Tout comme les Junkers Ju 52/3m et Ju 86, le Heinkel He 111 présente la particularité d’avoir été conçu ab initio pour le double rôle d’appareil de transport civil et de bombardier, afin de contourner les dispositions du Traité de Versailles interdisant à l’Allemagne de disposer d’avions de combat. Avec sa silhouette élancée et élégante, et ses hautes performances, il incarnera aux yeux du monde entier la grande modernité de l’industrie aéronautique allemande renaissante...


Aérojournal hors-série n°27 : Heinkel HE 162 Volksjäger

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °27

Heinkel HE 162 Volksjäger

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Le Heinkel He 162 – le fameux Volksjäger – est né en 60 jours, mais en dépit de son nom, il était tout sauf populaire ! Ce programme n’aurait jamais dû voir le jour, tant ses limites sautaient aux yeux. Avec un armement trop faible et une autonomie limitée, le petit chasseur n’aurait pas été capable de lutter contre les quadrimoteurs alliés, et encore moins de rétablir l’équilibre des forces en faveur de la Luftwaffe dans les cieux du Reich. Mais, comme tous les programmes de haute technologie en cette fin de guerre, celui-ci a été confisqué par la SS, désireuse de précipiter à la rencontre des Viermots des milliers d’adolescents issus des Jeunesses hitlériennes, dont la formation – faute de temps et de carburant – se serait limitée à des rudiments de vol sur planeurs !


Aérojournal hors-série n°26 : Grumman F6F Hellcat

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °26

Grumman F6F Hellcat

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Avec plus de 12 000 exemplaires sortis des usines Grumman de 1942 à 1945, le F6F Hellcat s’est imposé comme un acteur de premier plan lors de la guerre du Pacifique. Sans être techniquement révolutionnaire, ce monomoteur avait toutes les qualités requises pour veiller sur la sécurité de la flotte, mais aussi en devenir le bras armé : puissant, robuste, fiable, évolutif, l’avion a su remplir ses missions et bien souvent ramener ses pilotes au bercail, malgré parfois des dégâts d’importance. Des CAP montées au-dessus des « Flat Tops », en passant par les raids de chasseurs-bombardiers, jusqu’à la chasse de nuit, le Hellcat a été la cheville ouvrière de la Navy dans sa stratégie de reconquête face aux Japonais !


Aérojournal hors-série n°25 : L'Arado Ar 234 Blitz

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °25

L'Arado Ar 234 Blitz

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Des quatre avions à réaction mis en service par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, l’Ar 234 est certainement le plus abouti. D’abord imaginé comme avion de grande reconnaissance dès la fin de l’année 1940, il évoluera ensuite tout naturellement vers une version de bombardement.


Aérojournal hors-série n°24 : Les AS de la NAVY

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °24

Les AS de la NAVY

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Ils sont quinze ; quinze aviateurs à revendiquer entre 200 et 350 victoires, tandis que, dans le même temps, une douzaine de leurs camarades parviendront à abattre de 100 à 200 appareils ennemis. Cette trentaine de pilotes, ce sont les Experten, les as de la Luftwaffe, responsables à eux seuls de la destruction d’environ 5 700 appareils alliés !


Aérojournal hors-série n°23 : Les AS de la Luftwaffe

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °23

Les AS de la Luftwaffe

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Ils sont quinze ; quinze aviateurs à revendiquer entre 200 et 350 victoires, tandis que, dans le même temps, une douzaine de leurs camarades parviendront à abattre de 100 à 200 appareils ennemis. Cette trentaine de pilotes, ce sont les Experten, les as de la Luftwaffe, responsables à eux seuls de la destruction d’environ 5 700 appareils alliés !


Aérojournal hors-série n°22 : Focke-Wulf FW 190 Jabos

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °22

Focke-Wulf FW 190 Jabos

FW 190 F et G au combat

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Arme essentiellement offensive, la Luftwaffe a consacré une grande partie de ses moyens à appuyer les troupes au sol. Bien que né dans un contexte très différent lors de la Bataille d’Angleterre, le Jabo (contraction de Jagdbomber, chasseur-bombardier) trouve rapidement un plein-emploi en Russie.


Aérojournal hors-série n°21 : Les Corsairs du Pacifique et d'ailleurs

[ En savoir + ]

Hors-série n °21

CORSAIR du Pacifique et d'ailleurs

FW 190 F et G au combat

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Réunir sous une même couverture les diverses publications que nous avons consacrées à l’avion de légende qu’est le F4U Corsair était une demande récurrente de nombreux lecteurs. Je pense qu’ils seront ainsi satisfaits.










Aérojournal hors-série n°20 : Lavotchkine

[ En savoir + ]

Hors-série n °20

Les chasseurs Lavotchkine

1939-1945

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Si les circonstances n’avaient pas dicté leur loi, il est vraisemblable que la mise en service du LaGG‑3 aurait été considérablement retardée, voire qu’elle n’aurait jamais eu lieu, tant l’appareil était handicapé par les problèmes de son moteur et ses vices de construction le rendant dangereux sous certaines conditions.


Aérojournal hors-série n°19 : Focke-Wulf FW 190 A

[ En savoir + ]

Hors-série n °19

Focke-Wulf FW 190 A

De la Normandie au Niemen

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Le Focke-Wulf Fw 190 est le premier chasseur moderne à moteur en étoile que
l’on peut considérer comme une véritable réussite. Rapide, très maniable, facile à entretenir et pardonnant les fautes de pilotage, il domine les cieux de l’Europe de l’Ouest pendant plus d’un an et fait mieux que tirer son épingle du jeu à l’Est, en dépit de conditions d’utilisation très différentes.










Aérojournal hors-série n°18 : Boeing B-17 Fortresse

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °18

Boeing B-17 Fortresse

The Mighty Eighth

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Avec ce troisième opus, nous bouclons la saga du Boeing
B-17 Fortress, l’un des avions les plus mythiques de la Seconde Guerre mondiale.
Il fallait bien un numéro complet pour rendre un hommage appuyé à la Eighth Air Force, bien qu’il semble que personne n’en fera jamais vraiment le tour, tant il y a à dire sur cette force aérienne, unique en son genre et qui ne sera pas surnommée The Mighty Eighth pour rien.
Après des débuts balbutiants, relatés dans le hors-série précédent, nous retrouvons la Eighth au seuil de l’année 1943 et suivrons son évolution, ponctuée de déroutes sanglantes, qui ont fait vaciller l’édifice au point que la stratégie de l’Air Force a bien failli être remise en cause, jusqu’au point d’orgue de son histoire : le survol de Berlin en plein jour. La Eighth a alors et de manière définitive acquis la suprématie aérienne dans les cieux du III. Reich. Ce n’est pas pour autant que le reste des missions ne sera constitué que de « milk runs », mais, désormais, les victoires de la Luftwaffe à ses dépens, bien que parfois spectaculaires, ne seront plus que des combats d’arrière-garde.


Aérojournal hors-série n°17 : Boeing B-17 Fortresse

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °17

Boeing B-17 Fortresse

Méditerrranée - Atlantique - Pacifique

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Le Boeing B‑17 Fortress se muscle au cours des années 1943 à 1945, notamment par la greffe d’une « tourelle de menton ». Toutefois, il est vite rattrapé par son principal défaut : son manque d’allonge. Il est remplacé par le B‑24 Liberator dans le Pacifique à la mi‑1943, tandis que le Coastal Command, éternel cousin pauvre de la RAF, doit s’en satisfaire, faute de mieux, jusqu’à ce que les Américains veuillent bien lui livrer un nombre suffisant de Liberator.
Le B‑17 continue, toutefois, à faire les beaux jours de la nouvelle force aérienne stratégique américaine, la Fifteenth, qui, depuis l’Italie, s’en prend aux objectifs trop éloignés pour sa grande sœur, la Eighth.
Cependant, le B‑17 connaît bien d’autres types de missions, sans doute moins glorieuses mais tout aussi indispensables, comme le secours en mer, la reconnaissance météo et la guerre électronique. Il sera même employé comme bombe volante, mais nous réservons cet épisode rocambolesque au troisième et dernier tome de la saga de l’un des plus célèbres avions de la Seconde Guerre mondiale.


Aérojournal hors-série n°16 : Il-2 Chtourmovik

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °16

Il-2 Chtourmovik

Disponible

14,90 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Très contesté dès son apparition pour sa lourdeur, sa lenteur, son manque de stabilité et sa vulnérabilité, l’Iliouchine Il‑2 n’en est pas moins apprécié pour sa rusticité, son important blindage sécurisant (surtout pour le pilote) et la simplicité de sa fabrication, qui en font un avion indispensable dans le cadre de l’évolution des tactiques et stratégies de combat, où les armées blindées représentent des vecteurs majeurs en cas de conflit. Fabriqué en masse (plus de 36 000 exemplaires, toutes versions confondues), l’Il‑2 est présent sur tous les fronts pendant la Grande Guerre patriotique, et ce malgré des pertes effarantes. Au même titre que l’emblématique char terrestre T‑34, l’Il‑2 a fait (et fait encore aujourd’hui) l’objet d’un véritable « culte » en URSS.
L’auteur, que l’on ne présente plus, commence par brosser les grandes lignes de la stratégie soviétique qui amène au développement d’un appareil spécifiquement dédié à l’appui des troupes terrestres. Puis il s’intéresse au développement de l’Il‑2 en rappelant les raisons précises pour lesquelles les premières versions étaient monoplaces. Il passe ensuite en revue toutes les versions et variantes, ainsi que les projets de dérivés, de cet avion mythique.

Ce hors-série est abondamment illustré de photos, de plans et de profils en couleur.


Aérojournal hors-série n°15 : Boeing B-17 Fortress

[ En savoir + ]

Hors-série n °15

Boeing B-17 Fortresse

Du Pacifique à l'Europe / 1935-1942

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Le premier tome de cette étude en deux parties s’arrête fin 1942 et entraîne le lecteur de l’usine de Seattle, où l’on suit le développement des versions allant du XB-15 au B-17F, aux couloirs feutrés de Washington, où cogitent les grands théoriciens de la guerre aérienne stratégique, pour finir dans les édens tropicaux des îles Salomon, en passant par d’autres sites enchanteurs comme la plage de surf de Waikiki (Hawaii), la bananeraie de Del Monte (Philippines), la marina de Port Moresby (Nouvelle-Guinée) et le ciel paradisiaque de l’est de l’Angleterre.

Que des cartes postales idylliques... si les moustiques, la malaria, la dysenterie, les sangsues, les Zéro, les Messerschmitt et la Flak ne s’étaient pas invités sur la photo !


Aérojournal hors-série n°14 : La bataille de Midway

[ En savoir + ]

Hors-série n °14

120 secondes fatales

La bataille de Midway

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Si la bataille de Midway semble s’être jouée sur le fil du rasoir, une analyse plus fine démontre que les erreurs stratégiques des Japonais ont été plus graves et plus déterminantes que les fautes tactiques habituellement imputées à l’amiral Nagumo et que la chance n’a tenu qu’un rôle mineur dans la déroute de la redoutable Kidô Butai.
Tournant de la guerre du Pacifique, la bataille de Midway l’a effectivement été, en raison de la perte de quatre des six porte-avions d’escadre que comptait la Marine impériale. Toutefois, si le sort des armes avait été inversé, le Japon n’y aurait remporté aucun succès décisif face à un géant industriel tel que les États-Unis, aucune avancée suffisante pour contraindre Roosevelt à négocier la paix. La Marine impériale aurait certes gagné du temps, six mois, un an peut-être, mais cent fois elle aurait dû remettre l’ouvrage sur le métier et, à ce petit jeu, elle n’était ni préparée ni armée.
Pour n’avoir su ou pu définir une doctrine cohérente, les Japonais vont perdre cette bataille, dont le destin sera finalement scellé en deux minutes – 120 secondes qui consacreront le naufrage stratégique de la Marine impériale et celui de quatre de ses plus précieuses unités, autant dire la perte de son atout majeur : sa force de projection.
Ce hors-série, rédigé par Christian-Jacques Ehrengardt, propose une vision nouvelle de la bataille de Midway, revisitée grâce à la publication de nombreux documents inédits au cours de ces dernières années. Abondamment illustré, le texte est – marque de fabrique de l’auteur – émaillé de nombreux témoignages de première main, qui rendent le récit vivant et finissent par entraîner le lecteur à moins de 10 m au-dessus de vagues de l’océan Pacifique pour lancer une torpille sur l’Akagi...


Aérojournal hors-série n°13 : P-51 Mustang - 1944/1945

[ En savoir + ]

Hors-série n °13

P-51 Mustang

Seconde partie : 1944/1945

Épuisé

14,90 € frais de port compris


Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Cette seconde partie traite des opérations du P-51 Mustang des Eighth et Ninth Air Forces dans les cieux de l’Europe occidentale, où il brise les reins de la Luftwaffe dès février 1944. Il assoit rapidement sa domination sans partage jusqu’au cœur même du Reich, retournant le fer dans la plaie en défilant pour la première fois à la verticale de Berlin sans aucune opposition, le 8 mars 1944. Lors de son interrogatoire après la guerre, Göring dira qu’il n’avait jamais cru une telle chose possible.
Ce second volet de la saga de cet avion d’exception met en relief deux aspects les moins connus de son action en Europe. Avion de supériorité aérienne, le P-51 détruira autant d’avions allemands au sol (3 133) qu’en combat aérien (3 197) et perdra deux fois plus de pilotes à la Flak (496) qu’à la Luftwaffe (248).
Marque de fabrique de l’auteur, ce hors-série est truffé de nombreux témoignages, anecdotes et récits de combat. Il est également abondamment illustré et présente près d’une cinquantaine de profils en couleur. Les annexes comportent les « fiches techniques » des Fighter Groups engagés, ainsi que la liste des as.


Aérojournal hors-série n°12 : P-51 Mustang - 1940/1943

[ En savoir + ]

Hors-série n °12

P-51 Mustang

Première partie : 1940/1943

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Rédigée par C‑J Ehrengardt (notre CJE national), cette monographie est le pendant du hors-série n° 7 Spitfire sur l’Europe. La première partie traite du développement contrarié du P‑51 à cause des nombreux démêlés entre la North American et les états-majors de l’Air Force. Cette partie met aussi en lumière les traits de génie de ses concepteurs, qui ont réalisé un avion presque parfait sur le plan aérodynamique, plus rapide que le Spitfire Mk. V, bien que plus lourd et moins puissant. Elle relate aussi comment naît l’idée de marier la cellule du Mustang au Rolls-Royce Merlin pour donner naissance à un chasseur d’exception, dont les qualités intrinsèques finissent par vaincre toutes les réticences.
Il ne lui reste qu’à trouver sa place dans l’inventaire de l’Air Force, et c’est l’objet de la deuxième partie de ce premier tome, qui aborde la doctrine stratégique américaine. Le Mustang entrera en Europe par la petite porte, mais après ses dures déconvenues de l’automne 1943, la 8th Air Force finira par reconnaître tardivement l’immense potentiel du P‑51.
Comme tous les hors-séries d’Aéro-Journal, celui‑ci comporte des dizaines de photos (N&B et couleur), des profils couleurs, des plans au trait et notre désormais célèbre « cahier 3D » particulièrement bien fourni !


Aérojournal hors-série n°11 : Les Phantom israéliens au combat

[ En savoir + ]

[ Ajouter au panier ]

Hors-série n °11

Les Phantom israéliens au combat

Disponible

11,50 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Le F‑4 Phantom fut, sans contestation possible, le meilleur avion de combat multirôle des années 1960. Il faisait alors rêver tous les pilotes du monde entier, y compris ceux des forces aériennes israéliennes. Pour ces derniers, les années 1960 marquèrent la transition entre l’influence française et l’influence américaine : de la Citroën 2CV à la Plymouth Valiant et du Mirage au Phantom.
Au départ, la Heyl Ha’Avir ne voyait dans le F‑4 qu’un avion d’appui tactique devant succéder au Vautour. Cependant, l’état-major israélien exigeait une grande polyvalence de ses avions de combat. À l’inverse du Mirage III, passé du statut d’intercepteur pur à celui d’avion d’appui au sol, le F‑4 devait prouver sa capacité au combat aérien. Le problème, c’est que le F‑4 se révéla d’une telle excellence dans cet exercice que tout le monde finit par oublier qu’il avait été commandé à l’origine pour l’attaque au sol !
La transition entre les avions de combat français et américains se produisit à la fin des années 1960 et se prolongea jusqu’au début des années 1980. Pendant ces deux décennies, le F‑4 Phantom représenta le fleuron de la Heyl Ha’Avir et régna en maître dans les cieux du Moyen-Orient. Il fut probablement le seul appareil capable de Mach 2 à revendiquer une victoire deux mois après sa mise en service.
Le F‑4 était taillé pour la guerre aérienne, avec la même efficacité contre des avions en vol ou des cibles terrestres. Sous les couleurs israéliennes, il revendiquera plus de 100 victoires au cours de milliers de missions, tout en détruisant de nombreux objectifs au sol.
Voici l’histoire du McDonnell F‑4 Phantom II au sein de la Heil Ha’Avir.

On ne présente plus Shlomi Aloni, auteur de réputation mondiale et meilleur spécialiste de l’aviation israélienne. Après plusieurs articles parus dans Aéro-Journal, il signe cette fois un hors-série consacré à la carrière sous les cocardes frappées de l’Étoile de David d’un avion de légende : le McDonnell F‑4 Phantom II.


Aérojournal hors-série n°10 : Le Zéro à l'infini

[ En savoir + ]

Hors-série n °10

Le Zéro à l'infini

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Jusqu’en septembre 1942, les Américains considèrent le Mitsubishi A6M Type 0 comme une invention du diable. Il semble être doté du don d’ubiquité, présent partout à la fois et, surtout, là où ils ne l’attendent pas. Dans les combats tournoyants, il surclasse tout ce que les Alliés peuvent lui opposer, grimpant plus vite et virant toujours beaucoup plus court. Piloté par la fine fleur de la Marine impériale, il vole de succès en succès au rythme des conquêtes des armées japonaises, depuis Pearl Harbor jusqu’à Guadalcanal, en passant par les Philippines, les Indes néerlandaises, Singapour, Rabaul et Darwin.
Toutefois, quand ils mettent la main sur un exemplaire presque intact, les Américains découvrent les points forts mais surtout les défauts du Zéro.
Pour lui donner un rayon d’action de près de 1 000 km avec un réservoir supplémentaire, une maniabilité exceptionnelle et des performances au‑dessus de la moyenne, les ingénieurs japonais ont sacrifié toute protection et conçu un avion dont l’extrême légèreté bridera tout développement ultérieur, parce que sa cellule encaissera difficilement l’augmentation de la puissance et du poids du moteur.
Les Américains n’avaient jamais imaginé que la conception d’un avion de combat puisse naître d’autres arbitrages que ceux auxquels ils étaient habitués.
Totalement dépassé à partir de 1944, il sera le premier avion engagé dans une opération Kamikaze. Symbole du triomphe de la machine de guerre japonaise des six premiers mois de la guerre du Pacifique, il deviendra celui du coucher du Soleil levant.
Le Zéro du premier maître Koga Tadayoshi récupéré sur une île désolée des Aléoutiennes, le 4 juin 1942, aura permis de descendre en flammes le mythe… et des milliers de Zéro.


Aérojournal hors-série n°9 : Les jets de la Seconde Guerre mondiale - Tome II

[ En savoir + ]

Hors-série n °9

Les jets de la Seconde Guerre mondiale

Tome II

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Le deuxième tome de notre Encyclopédie des jets de la Seconde Guerre mondiale traite des opérations de quatre avions à réaction qui ont été les seuls à affronter l’aviation ennemie : l’Arado Ar 234, le Heinkel He 162, le Messerschmitt Me 163 et le Messerschmitt Me 262. Quatre appareils de la Luftwaffe.
De la première tentative d’interception par un Me 163 entièrement peint en rouge, le 14 mai 1944, jusqu’aux derniers vols des Me 262 du I./KG 51 cherchant à quitter Prague pour se réfugier en zone américaine, le 8 mai 1945, en passant par la première mission de reconnaissance d’Erich Sommer au‑dessus des plages de débarquement en Normandie à bord d’un prototype de l’Ar 234, le 7 août 1944, les principaux combats des jets allemands sont passés en revue avec de nombreux témoignages et comptes rendus officiels, d’un côté comme de l’autre.
Fin 1944, la Luftwaffe dispose d’une arme d’une technologie avancée qui aurait pu lui permettre de regagner la supériorité dans le ciel du Reich, mais tout est si nouveau que ce n’est qu’en avril 1945 qu’elle met enfin au point des tactiques adaptées à la spécificité de son matériel. Il est déjà bien tard.
D’autres questions sont aussi abordées, documents originaux à l’appui ; notamment, l’impact des roquettes air-air R4M ou le mystère de la victoire remportée par un He 162, dont un exemplaire aurait pu être victime d’un chasseur britannique…
Toutes ces questions et leurs réponses sont dans ce numéro hors-série, abondamment illustré – marque de fabrique – de photos et de profils en couleur.


Aérojournal hors-série n°8 : Les jets de la Seconde Guerre mondiale - Tome I

[ En savoir + ]

Hors-série n °8

Les jets de la Seconde Guerre mondiale

Tome I

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Entrée en guerre avec le Gloster Gladiator, la RAF en sort avec le Gloster Meteor. Mais c’est la Luftwaffe qui sera la première force aérienne à mettre en service un chasseur, un avion de reconnaissance et un bombardier à réaction. C’est plus qu’une évolution, c’est une véritable révolution !
Une révolution technologique, d’abord, mais aussi tactique. Avec des appareils tutoyant le mur du son et nettement moins maniables, le combat aérien change de visage. C’est la fin des dogfights. Tout est à réécrire, tout est à réapprendre. En cette fin de Seconde Guerre mondiale, chaque belligérant aura son approche de la question. Mais les jets arriveront trop tardivement sur le devant de la scène pour que toutes les réponses soient apportées.
Confié à l’expertise de Jean-Claude Mermet, ce nouveau hors-série passe en revue tous les avions à réaction étudiés dans le monde de septembre 1939 à août 1945, avec un petit détour chez les pionniers des années trente et une brève incursion jusqu’à la fin de l’année 1945, quand les projets des constructeurs alliés commencent à prendre forme et dessinent les contours des forces aériennes de la décennie suivante.
Parce que le sujet est vaste et que beaucoup de nouveaux documents ont été exploités, nous avons choisi de le traiter en deux tomes. Le premier, à paraître en avril, s’intéresse à l’aspect technique de ces avions révolutionnaires, où des philosophies distinctes s’affrontent parfois. Le second tome, à paraître à l’été, sera consacré à l’aspect opérationnel, avec témoignages personnels et comptes rendus officiels.
Les deux tomes sont illustrés de profils en couleur de Jerry Boucher et de plans quatre vues à échelle constante signés Hubert Cance.


Aérojournal hors-série n°7 : Spitfire sur l'Europe

[ En savoir + ]

Hors-série n °7

Spitfire sur l'Europe

Les machines, les unités, les hommes / 1936 - 1945

Epuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Le Spitfire a été construit à quelque 22 500 exemplaires, toutes versions, variantes et dérivés confondus. Il a combattu sur tous les théâtres d’opérations de la Seconde Guerre mondiale, de l’Europe occidentale à l’Extrême-Orient, en passant par la Méditerranée, l’Afrique du Nord, l’océan Arctique et les Balkans, du 3 septembre 1939 au 15 août 1945. Il y a affronté les trois puissances de l’Axe : l’Allemagne, l’Italie et le Japon, ainsi que leurs alliés. Plus de 150 unités en ont été équipées à un moment ou à un autre. Il a été utilisé comme intercepteur, chasseur de V1, chasseur-bombardier et avion de reconnaissance photo.
C’est dire si le pari de résumer la carrière de cet appareil en 144 pages apparaissait comme une gageure. Nous avons donc été obligés de limiter notre champ d’étude à l’Europe de l’Ouest. Nous avons volontairement écarté les unités étrangères non intégrées à la RAF, ainsi que les unités françaises que nous réservons à un hors-série ultérieur...


Aérojournal hors-série n°6 : Les camouflages de la Luftwaffe / 1936 - 1945

[ En savoir + ]

Hors-série n °6

Les camouflages de la Luftwaffe

1936 - 1945

Épuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Dans ce HS – le premier fascicule en français traitant de ce sujet – Jean-Claude Mermet passe en revue les différentes couleurs utilisées par la Luftwaffe entre 1936 et 1945 (y compris la mystérieuse teinte RLM 83) et les schémas et patrons officiels publiés par le ministère de l’Air pour leur application. Il faut, en fait, parler de camouflages au pluriel, car ceux-ci vont évoluer au rythme des événements militaires. Flamboyantes pour proclamer la renaissance de la Luftwaffe au monde en entier, les teintes se font plus sombres lorsque la guerre s’invite en Europe. Puis, lorsque la Blitzkrieg se transforme en guerre défensive, les camouflages subissent une nouvelle évolution, signe que la Luftwaffe a perdu la supériorité aérienne et doit maintenant jouer à cache-cache avec les aviations alliées. Dans les derniers mois, la pénurie et la désorganisation des voies de communication contraignent les constructeurs à rivaliser d’astuce pour économiser peinture, temps et main-d’oeuvre. Ce hors-série est abondamment illustré de 171 photos (dont 23 en couleur), de 73 profils couleur et de 42 schémas et diagrammes.


Aérojournal hors-série n°5 : le Republic P-47 Thunderbolt

[ En savoir + ]

Hors-série n °5

Le Republic P-47 Thunderbolt

Les machines, les unités, les hommes

Epuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Conçu comme chasseur d’escorte à long rayon d’action, le Republic P-47 Thunderbolt s’est fait voler la vedette par le P-51 Mustang. Sa carrière se serait probablement arrêtée au milieu de l’année 1944 si sa robustesse légendaire, son puissant armement intégré et sa capacité d’emport de charges externes aussi diverses que variées ne lui avaient pas ouvert une autre voie dans laquelle il brillera plus que nul autre. On peut dire aujourd’hui que le P-47 fut sans contestation possible le meilleur chasseur-bombardier de la Seconde Guerre mondiale. L’US Army Air Force crédite officiellement le P-47 de 545 000 sorties, en près de 2 millions d’heures de vol, et de 3 752 avions ennemis détruits en vol et 3 325 autres au sol. Son taux de pertes est l’un des plus faibles des monomoteurs américains – 0,7% – en grande partie grâce à sa solide constitution et sa grande fiabilité. Un bilan très impressionnant pour un appareil qui fut, somme toute, un avion de chasse assez moyen.


Aéro-journal hors-série n°4 : Dans l'Enfer de Ploesti

[ En savoir + ]

Hors-série n °4

Dans l'Enfer de Ploesti

1er août 1943, opération "Tidel Wave "

Epuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Plus d’un tiers des avions perdus, près de cinq cents aviateurs tués ou faits prisonniers, des dizaines de blessés. La malchance, les mauvais jugements, les erreurs, les fautes de discipline ont contribué à ce résultat particulièrement désastreux. Rarement une mission n’aura été aussi coûteuse.
Mais « Tidal Wave » ne fut pas une mission comme les autres. De toute la guerre, elle fut la seule de cette importance à avoir été exécutée à basse altitude par des bombardiers lourds de l’US Army Air Force.
L’objectif était vital, rien de moins que la « station service de la Wehrmacht », et justifiait à lui seul tous les risques qui ont été pris. Les résultats ne furent malheureusement pas à la hauteur des espérances du haut commandement. En août 1943, l’USAAF n’avait simplement pas les moyens de ses hautes ambitions.
Voici l’histoire de cette mission vraiment pas comme les autres.


Aéro-journal hors-série n°3 : Luftwaffe 1946

[ En savoir + ]

Hors-série n °3

Luftwaffe 1946

Les projets d'avions de chasse allemands

Epuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Ce titre accrocheur, voire racoleur, est souvent l'occasion pour la plupart des auteurs d'entraîner leurs lecteurs dans de vrais romans de science-fiction en laissant libre cours à leur imagination débordante et en fantasmant à propos de ce qui aurait pu être si... Oui, mais voilà, l'histoire de la Luftwaffe s'est arrêtée le 8 mai 1945. Pourtant, lorsque l'Allemagne a capitulé, les ingénieurs aéronautiques allemands planchaient déjà depuis de nombreux mois sur les projets du futur. Bien que parfois fragmentaires et éparpillées, les archives existent. Jean-Claude Mermet, auteur du hors série d'Aéro-Journal sur les Bf 109 G et K, s'est fait une spécialité de suivre ce jeu de piste avec la minutie et la méticulosité qui le caractérisent. Et c'est uniquement en se fondant sur les archives des constructeurs qu'il a bâti son texte. Ce hors série ne s'intéresse qu'aux projets reconnus et officiellement proposés au ministère de l'Air allemand. Pour différentes raisons, que l'auteur explique clairement, la plupart ne seraient jamais entrés en production. D'autres, au contraire, auraient pu connaître une belle carrière si les événements n'en avaient pas disposé autrement. À tel point, que les vainqueurs, Américains, Britanniques, Soviétiques et même Français, ont récupéré à leur profit cette technologie très en avance sur son temps et, à partir de la fin des années quarante, de nombreux avions de combat de la Guerre froide - d'un côté ou de l'autre du Rideau de fer - portaient très distinctement la griffe de Kurt Tank, de Willy Messerschmitt et de quelques autres. Ce hors série est abondamment illustré de plans quatre vues à l'échelle 1/72e, de profils et de vues 3D en couleur.


Aéro-journal hors-série n°2 : Opération Dragoon

[ En savoir + ]

Hors-série n °2

Combats dans le ciel de Provence

Opération "Dragoon", août 1944

Epuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

Très curieusement, les débarquements alliés en Provence sont souvent négligés, sinon ignorés. Dragoon n’a pas l’aura d’Overlord et on se demande bien pourquoi, puisque cette opération amphibie est considérée, à juste titre, comme la plus réussie de toute la guerre en Europe. En outre, la quasi-totalité des forces terrestres, aériennes et navales françaises a pris une part très active à cette opération et cet aspect des choses aurait dû retenir l’attention de nos compatriotes.
Peut-être a-t-elle été victime de son propre succès ? La faible résistance opposée par les Allemands n’a pas permis de mettre en relief des actions médiatiques comme l’a été la contre-attaque de Mortain ou la poche de Falaise sur le front normand. Peut-être aussi que la libération de la capitale, qui a précédé celle de Marseille et de Lyon, a eu un retentissement beaucoup plus fort au sein de la population, parce qu’en France, Paris sera toujours Paris. Pourtant, sur le plan de l’action combinée air-mer-terre, Dragoon est un modèle du genre. Dans les domaines de la surprise, de l’exploitation et des résultats, elle n’a guère d’équivalent. En libérant rapidement une bonne moitié du territoire français, Dragoon a eu sur les armées allemandes le même effet que ces souffleries qui propulsent devant eux les feuilles mortes. Il n’y a qu’une ombre au tableau : les Américains laisseront filer la XIX. Armee, qu’ils retrouveront devant eux en Alsace.
Sur le plan aérien, la totale suprématie des Alliés n’a pas laissé beaucoup de place aux combats. D’ailleurs, écrasée sous le nombre, la Luftwaffe a déserté le ciel provençal quelques jours après les débarquements. Après le mois d’août, elle n’interviendra plus sur le sol français que de manière sporadique et rarement au-dessous de la Loire.
Si les débarquements de Provence ont fait l’objet d’un certain nombre d’ouvrages, jamais leur volet aérien n’avait été abordé de manière aussi précise et détaillée.


Aéro-journal hors-série n°1 : Messerschmitt BF109 G & K

[ En savoir + ]

Hors-série n °1

Messerschmitt BF109 G & K

Epuisé



Disponible uniquement au format tablettes et smartphones



Logo de Google Play Logo itunes

En raison de la dispersion des sites de production, du chaos régnant dans les dernières semaines de la guerre, de la disparition de nombreuses archives chez Messerschmitt et ses sous-traitants, il est probable que l’on ne connaîtra jamais le nombre précis de Messerschmitt Bf 109 construits pendant la guerre. L’estimation la plus fiable tourne autour de 33 675 exemplaires, dont quelque 26 000 Bf 109 G et K.
Après des années de patientes et minutieuses recherches dans les archives de Messerschmitt et de Daimler-Benz et avec le concours de spécialistes reconnus et de passionnés anonymes, Jean-Claude Mermet a établi ce guide destiné à faciliter l’identification des versions G et K de ce célèbre chasseur.
Pour clarifier la situation, l’auteur a imaginé une nomenclature, à la fois simple et efficace, permettant de classer les différents éléments (capots, dérives, ailes...) en fonction des moteurs et des versions de la cellule.
Les nombreuses photos et profils couleur contenus dans cette monographie offrent autant d’exemples illustrant son propos.
Ce guide est tout autant destiné aux amateurs de la Luftwaffe en général et aux passionnés du Messerschmitt 109 en particulier qu’aux maquettistes qui, tous, en tireront de précieux renseignements.

Renseignements : Caraktère - 3120, route d'Avignon - 13090 Aix-en-Provence - Tél : 04 42 21 06 76
www.caraktere.com

Votre panier :

Trouver un kiosque près de chez vous

NOUVEAU : voici l'outil indispensable pour trouver votre magazine préféré près de chez vous :
www.trouverlapresse.com