Aérojournal

Aérojournal : Histoire de la guerre aérienne

Aérojournal hors-série n°31 : P-38 LIGHTNING

Aéro-journal hors-série n°2 : Combats dans le ciel de Provencezoom

[ zoom ]

Hors-série n °2

Combats dans le ciel de Provence

Opération "Dragoon", août 1944

Epuisé


Disponible uniquement au format tablettes et smartphones


Logo de Google Play Logo itunes

Chapitre 1

D'Anvil à Dragoon

Fruit de l'expérience acquise tant en Méditerranée, lors des débarquements d’Afrique, de Sicile et d’Italie, qu’en Europe du Nord, Dragoon a poussé à un niveau exceptionnellement élevé la coopération interarmes en mettant en oeuvre la plus puissante composante aéronavale jamais déployée ailleurs que dans le Pacifique. Tant du point de vue de la planification que de l’exécution cette opération peut donc à juste titre être considérée comme un modèle dans le domaine des opérations combinées.

Chapitre 2

Les préparatifs

Entre le 29 avril et le 6 août 1944, les bombardiers lourds de la MASAF réalisent plus de 6 000 sorties visant le Sud de la France. Au cours de ces trois mois d'une offensive aérienne d'une intensité variable, le Sud a connu une trentaine de raids effectués à un rythme assez inégal. Ces missions s'inscrivent dans l'optique du débarquement en Provence, mais elles se trouvent également placées à l'intersection d'autres orientations majeures définies par l'USSTAF (US Strategic Air Forces). Il s'agit en effet principalement de soutenir l'opération Overlord en saccageant les voies de communication par lesquelles pourraient transiter des renforts vers la Normandie, mais également, de façon plus marginale, de contribuer à la réussite du plan « Pointblank » qui vise à mettre à genoux les industries de l'Axe en les privant de tout approvisionnement et en détruisant leur outil de production.

Chapitre 3

Le débarquement

En Provence, le printemps 1944 a été pourri et l'été pire encore. Les opérations aériennes ont constamment été gênées par la succession de fronts perturbés au point qu'en pleine offensive, les vols ont été interrompus le 10 août. Ils l’ont été de nouveau par la suite à plusieurs reprises. C'est également à un caprice du ciel que l'on doit la surprise tactique la plus marquante du jour J. En effet, une brume épaisse se développe en mer dans la seconde partie de la nuit du 14 au 15 août. En quelques heures, elle envahit les côtes dans le secteur choisi par les stratèges alliés pour être le théâtre de leur opération combinée. Sa présence incongrue en cette saison va perturber les opérations et rendre plus nécessaire que jamais un strict respect des procédures du contrôle aérien.

Chapitre 4

Les opérations terrestres

Un canot pneumatique noir chargé de commandos d’Afrique approche d'un rivage tourmenté surplombé d'un promontoire à l'aspect sinistre. Sitôt l'accostage réalisé, les hommes du lieutenant-colonel Bouvet se lancent à l'assaut de la falaise. Une pierre roule. Une volée de grenades dégringole le long de la paroi et, aussitôt, une fusée éclairante déchire l'obscurité. Le volet terrestre de l'opération Dragoon vient de commencer...

Chapitre 5

Les opérations aériennes

« Je m'appelle Stratton W. Beesley Sr. J'ai travaillé toute ma vie dans le pétrole au Texas et ailleurs, mais en 1944 j'étais mitrailleur de queue sur un B-24. Mon unité, le 720th BS intégré au 450th BG, était stationnée à Manduria en Italie.
Le 29 avril 1944, notre avion a été touché par la Flak au-dessus de Toulon. Deux moteurs ont été mis hors d'usage et, lorsqu’un troisième nous a lâchés, nous avons été obligés d'effectuer un amerrissage forcé à plus de cent kilomètres des côtes françaises...
»

Chapitre 6

Les opérations aéronavales

La participation de l'aviation embarquée de l'US Navy en Normandie s’est limitée à l'envoi d'un contingent symbolique de pilotes chargés de missions de réglage d'artillerie.
Par contre, deux mois plus tard, la Marine des États-Unis a participé très activement aux missions menées par les forces aériennes alliées dans le Midi. Pour la première et la dernière fois sur le théâtre d'opérations européen, la flotte de l'Atlantique a détaché au large de la Provence deux porte-avions d'escorte qui ont permis le déploiement de flottilles équipées de Grumman F6F Hellcat. Voici donc le récit de cet engagement au travers de l'histoire de la VF-74.

Chapitre 7

Les opérations aéroportées

En février 1944, aucune unité aéroportée ni aucun moyen de projection spécifique n’existent en Méditerranée. Certes le 51st Transport Combat Wing (TCW), constitué de trois groupes équipés de C-47, demeure opérationnel après la désactivation du XIIth Transport Command. Cependant, la majorité des équipages, qui effectuent normalement des missions de transport et de liaison, ne dispose d'aucune qualification ni d'aucun entraînement spécifique pour les opérations de parachutage et moins encore de remorquage de planeur.

Chapitre 8

Une opération (preque) parfaite

Si la réduction, relativement aisée, des défenses extérieures de Marseille a été essentiellement le fait des P-47 du XIIth TAC, l'affaiblissement de celles de Toulon, beaucoup plus acérées, nécessite en revanche un emploi massif et prolongé des bombardiers moyens.
Si l'on excepte les actions entreprises directement en relation avec l'opération Dragoon, Toulon a eu à subir, entre le 28 novembre 1943 et le 11 mars 1944, quatre raids conduits par les bombardiers lourds de l'USAAF. Ceux-ci ont causé des pertes civiles et des destructions considérables tant sur la zone portuaire que dans la ville elle-même. En août 1944, la citée varoise, entourée de plusieurs ceintures de défense, abrite de puissantes batteries côtières protégées par une très forte concentration de moyen antiaériens. Quelques navires sont encore présents dans la rade, cependant, la puissance supposée de leur artillerie relève davantage du domaine du fantasme que de l'analyse militaire.

Annexe

Les marques du MTO (Mediterranean Theater of Operations)

De même que les noms de famille ont fait leur apparition quand plusieurs individus ont porté le même prénom au sein de la même communauté, il a fallu inventer un système pour identifier plusieurs avions de même type au sein de la même unité et, surtout, plusieurs unités équipées du même type d’avion évoluant dans un même théâtre d’opérations. C’est ainsi que sont nés les « codes tactiques ».

Renseignements : Caraktère - 3120, route d'Avignon - 13090 Aix-en-Provence - Tél : 04 42 21 06 76
www.caraktere.com

Votre panier :

Nouveauté livres :

Trouver un kiosque près de chez vous

NOUVEAU : voici l'outil indispensable pour trouver votre magazine préféré près de chez vous :
www.trouverlapresse.com