Aérojournal

Aérojournal : Histoire de la guerre aérienne

Aérojournal hors-série n°27 : Heinkel HE 162 Voksjäger

Notice to Air Men

L’ARME FATALE

Le bombardement stratégique apparaît pendant la Première Guerre mondiale. Il faut cependant attendre l’entre-deux-guerres pour qu’il fasse l’objet d’une réflexion doctrinale. Parmi ses champions, l’Américain Mitchell, le Britannique Trenchard et, bien sûr, l’Italien Douhet, pour lequel le bombardier finit toujours par passer. Ce que Douhet explique, c’est qu’une offensive aérienne majeure peut à elle seule permettre de remporter la victoire, en écrasant les centres économiques et militaires de l’ennemi, mais également en s’attaquant au moral de sa population. En vogue dans les années 1930, ces idées vont être testées par les Italiens et les Allemands en Espagne, puis appliquées par certains belligérants lors de la Seconde Guerre mondiale, au premier rang desquels les Britanniques. Début 1942, le développement du Bomber Command est confié à un partisan des raids massifs et du bombardement de zone : Arthur Harris. Après avoir forgé un outil capable de frapper l’adversaire jusqu’au coeur de son territoire, Harris va lancer une série de raids pour mettre à genoux l’économie de l’Allemagne en détruisant ses infrastructures et en amputant sa force de travail. Après la campagne contre la Ruhr à la mi-1943, ces attaques vont progressivement laisser place à des opérations de morale bombing : un terme suffisamment technique et froid pour paraître neutre, mais qui désigne en fait des frappes aveugles, conçues pour faire le maximum de dégâts au sein des populations urbaines allemandes. Rostock, Lübeck et Cologne seront les laboratoires d’essais de cette politique. La mise à mort d’Hambourg, à l’été 1943, en marquera le paroxysme. Berlin n’y échappera pas, pas plus que Dresde, dont le martyre clôturera la grande tragédie en 1945. Lentement, Harris a fait glisser la raison d’être du Bomber Command. Plus de 300 000 civils allemands l’ont payé de leur vie, alors que la RAF a largué 48 % de ses bombes sur des centres urbains, détruisant plus de 2,5 millions d’habitations. L’action d’Harris n’a pas donné raison à Douhet, et la victoire n’a pas été arrachée par le bombardier. En revanche, celui-ci a contraint l’Allemagne à mobiliser près de 2 millions d’hommes pour participer directement ou indirectement aux défenses antiaériennes, qui ont elles-mêmes consommé 20 % des munitions d’artillerie produites entre 1943 et 1945.
Bonne lecture
Y.K.

|

Aéro-journal n°59 : Berlin 1943-1944 : peur sur la ville

[ En savoir + ]

Au sommaire du n°59

ROYAL THAI AIR FORCE

Aérorama Thaïlande

Berlin 1943-44

Peur sur la ville

Le Heinkel He 219 Uhu

Un grand-duc pas si chouette

Le Bloch 81

Premier avion « evasan »

Sept mois de chasse !

Le 382nd Fighter Squadron en Europe

 

Renseignements :

Caraktère
3120, route d'Avignon
13090 Aix-en-Provence
Tél : 04 42 21 06 76
www.caraktere.com

Trouver un kiosque près de chez vous

NOUVEAU : voici l'outil indispensable pour trouver votre magazine préféré près de chez vous :
www.trouverlapresse.com